Histoire de la réflexologie

Connaître l'histoire de la réflexologie et l'état de l'art des études scientifiques

La Réflexologie une histoire controversée

Les premières traces estimées de la réflexologie remontent à 12 000 ans avec J.C. au Pérou, à l’initiative des incas qui considéraient le massage des pieds comme un art sacré.On évoque d’autres origines pour la réflexologie :● L’inde : Le traitement par pression est connu en Inde depuis plus de 5000 ans ;● Les indiens d’Amérique du Nord ;● L’Egypte : La représentation d’une gravure retrouvée dans la tombeau d’Ankhmahor) à Saqqarah témoigne d’une pratique de massage;● La Chine : avec la médecine traditionnelle chinoise, et l’énergétique chinoise.
Simple mythe ou réalité, il est impossible de connaitre précisément la matérialité de cette historique. Ce qui est important, c’est de constater que cette technique thérapeutique a été « inventée » sur tous les continents, et ce à des époques ou les échanges étaient inexistants. Cela démontre, de manière empirique, que ces populations trouvaient avantage à pratiquer les massages et en ressentaient des bienfaits thérapeutiques.

La réflexologie : histoire de son acceptation en tant technique thérapeutique

L’histoire documentée de la réflexologie est bien plus récente. Faisons un bon en avant de plusieurs siècles !
La réflexologie au 16ème siècleEn 1582, deux médecins, les docteurs ADAMUS et A’TATIS publient un ouvrage sur la thérapie des zones réflexes. C’est la première publication scientifique qui traite de réflexologie. La réflexologie au 19ème siècle - La Thérapie des réflexes300 ans plus tard, au milieu du 19ème siècle, le Dr Mathias ROTH, introduit en Grande-Bretagne les techniques de massage. Il présente alors le « massage dit suédois». Il explique dans un livre les thérapies manuelles et leurs actions sur la santé humaine. Les revues médicales anglaises relaient ce livre, tandis que les membres de la haute société, aristocrates et diplomates, commentent élogieusement leurs expériences de ce « massage ». La reine Victoria elle-même reçut « des traitements suédois » qui, selon elle, furent efficaces contre ses douleurs rhumatoides, d’où le prestige de ce qu’on appelait alors « la cure du massage suédois »

La théorie des réflexes conditionnés

En 1886 en Russie, Ivan PAVLOV, médecin et physiologiste russe, établit sa Théorie des réflexes conditionnésCelle-ci met en évidence un lien direct de corrélation entre un stimulus et une réaction. De ce fait, il est déduit que les stimuli réalisés par pressions sur des zones réflexes du pied ont une action sur le système neuro-végétatif, qui lui-même contrôle le fonctionnement autonome des glandes, muscles et organes.
En 1890, Sir Henry HEAD, neurologue anglais, mène des travaux pionniers sur le système somatosensoriel et les nerfs sensoriels.  Il met en évidence les dermatomes (dites aussi "Zone de Head"). Globalement, les dermatomes sont des zones de la peau connectées à certains organes du corps, à l’aide de terminaisons nerveuses.
En 1894 toujours en Grande Bretagne, une publication très critique, surnommée « les scandales du massage », est publiée dans le British Medical Journal, ce qui affaiblit les convictions du grand public et de la communauté médicale dans la validité du massage comme pratique crédible de santé. (lien vers l'article en anglais ici).Il s’agit de la première controverse documentée sur la réflexologie, fournissant l'indication de son influence grandissante dans les processus thérapeutiques de l’époque.
Toujours fin 19ème siècle, un groupe d’infirmières pratiquant le massage, dans le milieu hospitalier, crée The Society of Trained Masseuses (la Société des masseuses formées) pour mettre en place une formation déontologique et codifiée et ainsi professionnaliser le massage.Il s’agit de la première organisation officielle de praticiens du massage au Royaume-Uni, évoluant par la suite et devenant, en 1943, la Chartered Society of Physiotherapy, officialisée dans les années 1960 comme ce que nous pourrions comparer en France à l’ordre des kinésithérapeutes.

La réflexologie Au 20ème siècleAu début du XXème siècle, le “massage réflexe” change de terme pour devenir “réflexologie”, autrement dit l’étude des réflexes. La pratique se décline alors plusieurs sous-disciplines spécifiques, les réflexologies:● Plantaire ;● Auriculaire ;● Faciale ;● Palmaire.A cette période, la réflexologie, est développée en Occident par des médecins américains et européens. Ils étudient le rôle des réflexes au sein du système nerveuxLe Dr Alfonso CORNELIUS publie en 1902 un livre "Druckpunkte" dont la traduction en français est "Points de pression".Selon sa technique, il est primordial de focaliser les pressions et mouvements répétitifs sur les zones douloureuses. 

La Thérapie des zones

Le véritable père de la podo-réflexologie est le Docteur William FITZGERALD. Il exerce dans les hôpitaux de Vienne et de Londres, avant de devenir chef de service à l’hôpital de Hartford (Connecticut). Il s’intéresse alors à la digitopuncture.
En 1917 paraît "Zone therapy, or relieving pain at home" qui relate la découverte de Fitzgerald qui l'emmène à établir une carte des régions « reliées » du corps.Il imagine une première localisation des zones réflexes, en divisant le corps humain en "dix zones d'énergie" égales et longitudinales, correspondant chacune à un doigt ou à un orteil, se poursuivant sur la partie postérieure du corps de manière identique, et reliées entre elles par la circulation de "flux énergétiques"Le Docteur Fitzgerald est le premier à transmettre et à donner des cours sur sa méthode de traitement afin de former des réflexologues.
En 1919, c’est au tour du docteur Joseph RILEY, médecin américain, de publier un livre intitulé « Zone therapy simplified ». 
Plus tard, en 1935, Eunice INGHAM, physiothérapeute de l'hôpital de St Petersburg à Tampa en Floride, établit la carte des zones de réflexes, sur les pieds. Elle met au point une cartographie des zones des pieds et les correspondances avec chaque organe du corps humain. Grâce à cette cartographie, elle attire l’attention du grand public sur les principes scientifiques de la réflexologie
Eunice Ingham a également fondé la première école de réflexologie, l’International Institute of Reflexology.
Elle écrit, en 1938, deux ouvrages de référence sur la réflexologie : "Stories the feet can tell" (Ce que les pieds peuvent raconter) et "Stories the feet have told" (Ce que les pieds ont raconté).

Les points réflexes

S’en suivent alors de nombreuses études et livres à propos des “massages réflexes”, alors pratiqués par des ostéopathes, chiropracteurs et kinésithérapeutes. ● CHAPMAN en 1930 qui décrit les points éponymes « Chapman » ;● Georges GOODHEART en 1960 qui fait le lien entre les points de Chapman et les muscles ;● John THIE, chiropraticien, qui re-nomme les points de Chapman, “Les points réflexes neuro-lymphatiques”, et en établit une cartographie.
Toutes ces avancées ont un point commun : celui de mettre en avant que la stimulation d’une partie du corps agît sur une partie éloignée.

La réflexologie se diffuse en Europe et dans le monde

En 1966, que Doreen BAYLY, ayant étudié la réflexologie plantaire aux Etats Unis auprès d’Eunice Ingham , commence l’enseignement de la technique Ingham en Grande Bretagne. Un an plus tard, en 1967, Hanne MARQUARDT, kinésithérapeute et infirmière commence à enseigner sa propre technique en Allemagne. Elle fonde la British School of Reflex Zone Therapy .
La réflexologie continue d’évoluer à travers le temps grâce aux recherches, notamment celles effectuées en Europe du Nord, Danemark, Grande Bretagne et Allemagne.
En France c’est grâce au travail du docteur Jean BOSSY, professeur à la Faculté de Médecine de Montpellier, que les principes de la réflexologie sont avancés. Il publie plus de 200 articles au sujet de la neuroanatomie, l’acupuncture, l’organogénèse, et la réflexothérapie. Son livre “Bases neurologiques des réflexothérapies”, publié en 1975, reste une référence.
Mais !!C’est seulement dans les années 1990 que les premiers réflexologues commencent en France à se former pour exercer.

Point sur la situation en France

Si la réflexologie n’est toujours pas reconnue en France par la médecine classique, cette technique thérapeutique est reconnue et enseignée dans de nombreux pays en Europe et dans le monde. De très nombreuses études scientifiques sont menées sur l'efficacité et les effets bénéfiques de la réflexologie en particulier en ce qui concerne le traitement de la douleur et du stress.
D'ailleurs !La réflexologie est l’une des 8 approches alternatives reconnues en Europe comme «médecine non conventionnelle digne d’intérêt» par une résolution du Parlement Européen votée le 29 mai 1997.
En France, les débats restent cependant vifs entre ceux qui pensent que la massage thérapeutique n’est d’aucune efficacité et ceux qui au contraire en défendent les bienfaits dans certaines situations (tensions nerveuses, gestion du stress, insomnie, drainage lymphatique, constipation, troubles du sommeil, …). De plus en plus d’hôpitaux s’ouvrent aux techniques de médecine alternative (ou médecines dites "douce") : acuponcture, réflexologie, chiropraxie, hypnose, ostéopathie, auriculothérapie.
A titre d’exemple une offre de traitements complémentaires existe à l’AP HPDes pratiques thérapeutiques fondées sur ces médecines complémentaires (toucher thérapeutique, réflexologie, sophrologie) sont ainsi utilisées pour des patients hospitalisés souffrants de maladies chroniques (sclérose en plaque, cancer), en unité de soins palliatifs, ou en gériatrie.La réflexologie, ou massage plantaire, s’intègre donc progressivement dans l’organisation des soins d’un patient.
Enfin, depuis 2015 est établie une certification professionnelle du titre de réflexologue au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). Cependant, ce métier n’est pas réglementé et son exercice demeure libre.

Etudes sur la réflexologie

Il existe de très nombreuses études ( en anglais) qui traitent de la réflexologie et/ou de la réflexologie plantaire. A titre documentaire voici quelques exemples .
● Stephenson, N., Swanson, M., Dalton, J., Keefe, F. & Engelke, M. (2007). Partner-delivered reflexology: effects on cancer pain and anxiety. Oncology Nursing Forum, 34 (1), 127-132. ● Sharp, D., Walker, M., Chaturvedi, A., Upadhyay, A., Walker, A., Bateman, J., ...Walker, L. (2010). A randomised controlled trial ofthe psychological effects of reflexology in early breast cancer. European Journal of Cancer, 46, 312-322. ● Kunz, B. & Kunz, K. (2010). Reflexology Research in Cancer Care: What it means for cancer patients.● Kern C, McCoart A, Beltran T, Martoszek M. (2018) The Benefits of Reflexology for the Chronic Pain Patient in a Military Pain Clinic. Journal of special operations medicine : a peer reviewed journal for SOF medical professionals 18(4):103-105.● Bernard Payrau, Elisabeth Breton, Nathalie Thilly (2018) Assessment of the effects of reflexology: a discussion about a study on daily stress. . Hegel 2018(3):218-219● Bridget Candy Megan Armstrong , Kate Flemming Nuriye Kupeli Patrick Stone , Victoria Vickerstaff Susie Wilkinson . (2020) The effectiveness of aromatherapy, massage and reflexology in people with palliative care needs: A systematic review. . Palliat Med. 2020 Feb;34(2):179-194
En outre voici les liens vers des portails ou sont proposées régulièrement de nouvelles publications scientifiques.● http://www.reflexologyresearch.net/research380reflexologyresearchabstracts.shtml● https://clinicaltrials.gov/ct2/results?term=reflexology● https://reflexology-usa.org/reflexology-research/● https://reflexology-europe.org/● https://www.recherche-reflexologie.org/

Article mis à jour le 13 Juin 2022 par Remi Tabard

Autres articles qui peuvent vous intéresser

La réflexologie plantaire à l'hôpital

Illustration

6 bonnes raisons de faire de la réflexologie

Illustration